J’ai beaucoup voyagé en bus durant mon tour du monde, y compris la nuit. Et pourtant, je n’ai jamais eu l’occasion de voir des sleeping bus ailleurs qu’au Vietnam. Même s’il est très probable que ce mode de transport existe ailleurs en Asie.

Le sleeping bus est un concept intéressant où tous les sièges sont en réalité des méridiennes croisées avec des lits superposés répartis sur trois rangées. La première fois que j’ai voyagé dans un tel car, je me suis sentie comme Harry Potter dans le Magicobus (désolée de cette comparaison pour les néophytes harrypotterien). Je me suis beaucoup amusée… les quinze premières minutes. Parce qu’ensuite les choses se sont corsées.

Tout d’abord, j’avais gardé avec moi mon sac à dos Eastpak… Grosse erreur. D’une part parce que les couchettes sont très étroites et que l’on place ses pieds dans une espèces de coffre. Ensuite parce que j’occupais dans le siège supérieur. Impossible de caser mon sac où que ce soit. Ceci dit, lors de ma seconde expérience, j’occupais la couchette du bas et je n’ai pas su quoi faire de mon sac non plus.

IMG_2193
Au moins dans un bus traditionnel, on peut caler son sac sous ses jambes !

Je ne suis pas grande, plus ou moins un 1m65. Mais en Asie, je dépasse d’une tête la plupart des gens. Et donc mes pieds touchaient le bout de la couchette. Je ne sais pas si vous avez déjà essayé de dormir sans pouvoir relâcher vos pieds complètement mais ce n’est pas agréable du tout. En outre, le siège n’étant pas complètement incliné, la seule option possible est de dormir sur le dos ou éventuellement sur le côté. Mais cette dernière possibilité n’était pas envisageable pour moi, car mon sac-à-dos posé sur le côté m’empêchait de replier mes genoux correctement.

Dormir sur le dos, ne me gêne pas, à condition que je sois vraiment assise ou complètement allongée. Pas dans cette position intermédiaire qui faisait que je glissais jusqu’à que mes pieds rencontrent une résistance, c’est-à-dire le bout du coffre… C’est un cercle vicieux d’autant plus que les secousses du bus n’aide pas à rester en place.

Pour ne rien arranger, en bon Vietnamien, le chauffeur était un maniac du Klaxon ! Lors de mon premier voyage, je n’ai pas été trop dérangée par le bruit, je me trouvais au milieu du bus. En revanche, j’étais au premier rang la fois suivante. Mes oreilles s’en souviennent encore. En outre, le chauffeur se repose régulièrement au cours du voyage. Heureusement pour notre sécurité. Mais il allume toutes les lumières du bus à chaque escale. Pas évident de dormir d’une traite dans ces conditions.

Je dois reconnaître que j’ai eu la chance d’être placée côté fenêtre à chaque fois. J’ai pu caler ma tête et mon sac à dos contre la vitre. Je n’ose même pas imagine l’horreur si cela n’avait pas été le cas.

Une conclusion s’impose donc au regard de cette expérience que je qualifierais d’intéressante : je dors mieux dans les bus normaux que dans les sleeping bus !

 

Publicités