Recherche

Histoires d'un tour du monde

Mon voyage en solo

Mois

mars 2016

Battambang et sa campagne

Parce que le Cambodge ne se résume pas aux temples d’Angkor, j’ai décidé d’utiliser la semaine qu’il me reste pour partir à la découverte du reste du pays. A la découverte des merveilles dont on ne nous parle pas. Ce qui, en sept jours, est un peu ambitieux, je l’avoue.

J’ai passé deux nuits à Battambang, la seconde ville la plus importante du pays. Très connue pour ses maisons coloniales françaises, ainsi que pour la qualité du riz produit dans la campagne alentour. Le premier après-midi, j’ai visité par moi-même la ville. Passé la première impression, d’une ville vieillotte, poussiéreuse et sans charme, je me suis laissée séduire par Battambang, sa rivière, son marché, ses ponts, ses pagodes et ses maisons coloniales…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le second jour, j’ai suis partie à la découverte de la campagne alentour en vélo en suivant l’un des guides de Butterfly tour. Cette compagnie a été fondée par une poignée d’étudiants cambodgiens et propose des visites touristiques de Battambang, Phnom Penh et Kampot ainsi que de leurs environ. Avec l’argent qu’elle gagne, l’entreprise soutient les jeunes et les aide à poursuivre leurs études. Je dois avouer que j’ai été enchantée. Mon guide, un étudiant en agronomie, était originaire de Battambang et il parlait parfaitement anglais. Idéal pour en apprendre plus sur la confection des galettes de riz, des bananes séchées et l’histoire du temple Ek Phnom.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Publicités

Réponse à la seconde lettre des élèves CM2

Bonjour les enfants !

A mon tour de m’excuser d’avoir mis tant de temps à vous répondre. Avec la fin de mon voyage qui approche, mes étapes sont plus courtes et je ne vois plus le temps passer.

Me voilà arrivée au Cambodge. Ce n’est pas un pays que je comptais visiter lorsque j’ai quitté la France. Cependant, s’il y a bien une chose que j’ai appris au cours de ces sept derniers mois, c’est de garder l’esprit ouvert et de suivre mon instinct. Quand j’ai compris qu’il serait difficile pour moi d’obtenir un visa pour visiter la Chine, j’ai décidé de me rendre au Cambodge à la place. Pourquoi ? Parce que le Cambodge est un des pays que j’avais toujours eu envie de visiter. Et surtout les formalités pour obtenir un visa sont beaucoup plus simples.

C’est très beau le Cambodge mais il y fait aussi très très chaud. Ici, il n’y a ni hiver, ni d’été. C’est un pays tropical avec une saison sèche et une saison des pluies. En ce moment, c’est la saison sèche. Je vois plein de belles choses, notamment des temples bouddhiques et hindous. En effet, même si la religion principale au Cambodge est le bouddhisme, l’hindouisme était très présent aux alentours du Xème siècle.

Je profite également de mon séjour pour découvrir la cuisine khmère riche en riz, fruits et légumes de toute sorte. Ce qui me permet de rebondir et de répondre à la première des questions que vous me posez. Oui, j’ai beaucoup aimé le poisson au lait de coco. C’est un plat très commun en Polynésie où les habitants mangent beaucoup de poisson. D’une certaine manière c’est logique, puisqu’ils vivent tout près de la mer. Le poisson est toujours frais et succulent ! Je ne sais pas si vous avez déjà mangé des sushi, mais le poisson au lait de coco, ce n’est pas très différent. C’est une sorte de sashimi qui a le goût de la noix de coco 😉

Vous me demandez si j’ai hâte de rentrer en France. Ma réponse est sans appel. OUI. Mais il ne me reste encore un mois à voyager. C’est peu et en même temps c’est beaucoup. Parfois, quand j’ai trop le mal du pays, j’essaie de me raisonner en me rappelant que  je rentre bientôt chez moi retrouver mon amoureux, mes parents, mes sœurs, ma nièce et tous mes amis ! Et puis j’ai envie de voir tellement de choses au Vietnam, qui sera la dernière étape de mon voyage.

Pour être plus précise, je vais arriver à Hanoi, au nord du pays, et je vais descendre jusqu’à Ho Cho Minh, d’où je prendrai l’avion pour rentrer en France, le 18 avril prochain. J’ai déjà prévu de faire une croisière dans la Baie d’Halong, d’aller marcher dans la campagne de Sapa, de visiter l’ancienne cité impériale de Hué… Un sacré programme comme vous pouvez le constater.

Mais peut-être aurez vous l’occasion d’en apprendre plus sur ce pays avec votre maîtresse, car, à ce que je vois, vous aussi avez beaucoup voyagé ! C’est impressionnant. Et vous semblez avoir découvert autant de choses que moi. Malheureusement, je n’ai pas eu l’occasion de voir de Kookabura, ni d’apprendre la chanson du même nom. En revanche, j’ai assisté à un Haka. C’était très impressionnant.

J’ai effectivement la chance d’apprendre de nouveaux mots, dans de nouvelles langues à chacune de mes étapes. Indonésien, Cambodgien, Maori… Malheureusement pour apprendre à parler correctement ces langues il me faudrait rester beaucoup plus de temps dans chaque pays. Mais je serai heureuse de partager avec vous les quelques mots que j’ai pu apprendre au cours de mon périple.

Mon périple justement. Vous vous me demandez quel est son but. Très bonne question. A vrai dire, il y en a plusieurs. D’abord, c’est l’enrichissement personnel et l’ouverture d’esprit. Je voyage pour découvrir d’autres cultures, voir d’autres manières de vivre et d’appréhender le monde. C’est, il me semble, quelque chose de très important dans le monde actuel. Ensuite, j’ai toujours voulu voyager. Ce voyage est en quelque sorte un rêve qui se réalise. C’est aussi une manière pour moi de tourner la page de mes vingt ans. Car dans quelques mois je soufflerai mes 30 bougies ! Et, enfin, c’est un défi que je me suis lancé. Car partir seule, aussi longtemps, ce n’est pas évident. Je voulais voir si j’en étais capable. Cela n’a pas toujours été facile mais jusqu’à présent j’ai tenu bon.

Avant de vous dire au revoir, voici comme promis, une photo de moi avec les yeux ouverts cette fois 🙂 Je suis au Cambodge. J’aide une dame à cuisiner. Plus précisément, je fais frire des beignets de poissons.

IMG_1351

J’espère avoir de vos nouvelles très vite.

Je vous souhaite de passer une bonne semaine.

A très bientôt

Béatrice

 

Nouvelle lettre des élèves de CM2

Chère Béatrice,

Nous vous répondons enfin! Désolé d’avoir tardé…

Nous lisons votre blog et nous-aimons beaucoup ce que vous écrivez. On a apprécié que vous postiez des photos de pièces et de billets et on a suivi vos mésaventures dans le post : Les petit bobos.

La recette du poisson cru au lait de coco nous a semblé bizarre et vous, avez-vous aimé?

Merci de nous avoir envoyé des photos de vous, on aimerait maintenant en avoir d’autres les yeux ouverts! Nous aussi,on va vous envoyer des photos de nous…

Maintenant, place aux questions :quels pays vous reste-t-il a visiter?

Êtes vous pressée de rentrer pour voir votre famille? On espère que vous nous apprendrez plein de langues à votre retour…

Quelle est votre prochaine étape?

Nous nous demandons : quel est le but de votre voyage?

Nous aussi, nous faisons un voyage musical. Nous avons appris des chansons des pays que vous traversez. Pour la Nouvelle Zélande : Kookabora. C’est un oiseau. En avez-vous vu ? On a même commencé à apprendre un haka…

En espagnol, nous avons appris : Chocolate y cafe, il s’agit d’une chanson argentine.

On vous laisse.

En espérant avoir de vos nouvelles très vite.

La classe de CM2.

Une journée sur le Tonlé Sap

Le lac Tonlé Sap est l’un des plus grands d’Asie du Sud Est. Même en ce moment, alors que la saison sèche bat son plein au Cambodge, sa superficie est de 35 kilomètres de large sur une centaine de kilomètres de long. Lors de la saison des pluies, il peut tripler de volume.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Plus de 170 villages, dits flottants, vivent sur le lac. Certains sont immobiles. Les maisons sont construites sur pilotis. Lors de la saison sèche, les habitants retrouvent la terre ferme, sortent les échelles, les motos et réinvestissent le sous-sol de leur maison pour y stocker différentes sortes de matériel, faire sécher le poisson, le soja… mais aussi cultiver une petite parcelle de potager. Car le limon laissé par le retrait des eaux du lac est très fertile.

Et puis, il y a les villages flottants mobiles. Qui suivent les mouvements du lac. En saison des pluies, ils se retranchent dans la forêt et en période sèche, ils rejoignent le centre du lac, où le tirant d’eau est plus imortant (entre 1 et 2 mètres).

Tout ce petit monde vit essentiellement de la pêche : poisson séché, poisson fumé, pâte de poisson… L’eau du lac leur fourni leur principal moyen de subsistance. Les habitants de la région consomment à eux seuls 80 kilos de poissons par personne en une année…

Bien évidemment, avec la pollution et le réchauffement climatique, la faune et la flore du lac sont menacés. La pollution a favorisé l’apparition de plantes invasives qui poussent sur le lac plus rapidement que l’homme ne peut les déraciner. Et, ce faisant, elles empiètent progressivement sur l’espace de vie des poissons. Moins de poissons cela signifie moins de nourriture pour les oiseaux et moins de revenus pour les pécheurs…

Angkor plus loin (©Guide du routard)

 Oui, elle est facile celle là, mais Angkor est tellement gigantesque que certains sites sont situés à plus de 20 kilomètres du complexe principal. Je n’aurais pas été seule (parce que le tuk-tuk et le guide, indispensable pour les temples très éloignés, ça revient cher en solo) et j’aurais eu un peu plus de temps, je pense que j’aurais visité davantage de temples isolés.

Je me suis contenté de Banteay Srei, littéralement, citadelle des femmes. Cependant, les archéologues pensent que ce nom découle d’une déformation de Banteay Sri qui signifie la ville de bon augure. Si la construction du temple a été commandée par un riche commerçant, le sanctuaire était tout de même destiné au roi.

Même s’il n’est pas royal, les archéologues estiment que ce temple a probablement joué un grand rôle économique et social à l’époque.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Guess who is coming to lunch

J’en avais entendu parlé, mais je n’y avais pas prêté attention. A Angkor, il y a des singes.  Il faut dire que le premier jour je n’en ai pas vu puisque j’ai visité le site très tôt le matin et, accessoirement, au pas de course.

Le second jour, en revanche, j’ai fait la rencontre des derniers habitants sauvages d’Ankgor. J’étais tranquillement en train de manger le sandwich jambon fromage le plus mauvais de ma vie (si si, je vous assure…), j’étais perdue dans mes pensées tout en observant le temple du Baphuon… Alors évidemment, j’ai fait un bond quand, au moment de prendre une bouchée, j’ai posé les yeux sur la table et je me suis trouvée, littéralement, nez-à-nez avec…

IMG_0980

On ne s’est pas quitté des yeux tout le temps où j’ai fini de manger. Lui parce qu’il aurait bien aimé m’ôter le pain de la bouche, moi parce que je me tenais prête au cas où il aurait tenté quelque chose. D’une certaine manière, je lui aurais volontiers donner la fin de mon sandwich. Mais je ne suis même pas sûre qu’il l’aurait mangé.

Je vous explique, mon sandwich c’était : le premier étage jambon fromage (jusque là tout va bien), le second étage une sorte de chutney à la fraise (gloups). Le tout avait été saupoudré de panure et plongé dans l’huile (blurp)… très écoeurant, je vous assure. Je me demande encore pourquoi je l’ai acheté…

Bref, c’est mal de nourrir les animaux sauvages, mais là cela aurait carrément relevé du crime. Une fois ma dernière bouchée avalée, le singe a continué de me fixer. Je me suis levée avant qu’il tente de prendre mon sac ou ma bouteille d’eau.

J’en ai profité pour prendre quelques photos. Le couple à côté de moi aussi. Et voici la réaction du singe :

IMG_0982

Eh oui, pas de nourriture, pas de photo !

 

Angkor : le petit circuit

Angkor Wat est le temple le plus célèbre du site. C’est aussi le plus grand monument d’Asie du Sud-est… Borobudur en Indonésie n’a qu’à bien se tenir !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Preah Khan est une ancienne cité qui s’étendait sur 50 hectares et comptait 5324 villages pour environ 100000 habitants. Sans oublier le monastère et l’université bouddhique.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Neak Preah est un petit temple du 12ème siècle, construit au milieu de l’eau.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Ta Som, un petit temple tout mignon également du au 12ème siècle.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Pre Rub. Ce temple du 10ème siècle ressemble davantage à une pyramide qu’à un monastère bouddhique ! En réalité, les archéologues et les historiens distinguent deux types d’architecture sur le site d’Angkor : les temples plats (plus anciens) et les temples pyramidaux/montagne, comme celui-ci.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ta Phrom. En réalité, ce temple appartient au grand circuit. Mais peu importe. Il est magnifique. Il a été très peu rénové jusqu’à présent afin de permettre aux visiteurs de ressentir ce qu’avaient éprouvé ceux qui ont (re)découvert les temples. Pour la petite histoire, Ta Phrom a servi de décor au film Tomb Raider. Suite à l’implication d’Angelina Jolie au Cambodge, il serait en passe d’être rebaptisé en son honneur…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Encore Angkor !

Pour le petit circuit ce n’est pas Ander qui m’a retrouvée mardi, mais Mouni. Ander a, je pense, préféré gagner quelques dollars de plus en remplissant son tuk-tuk et m’a confiée aux soins de son ami Mouni.

Pour en être sûre (histoire de ne pas partir en laissant en plan mon chauffeur de la veille), j’ai quand même posé quelques questions à Mouni sur l’arrangement que j’avais conclu avec Ander. Il a répondu juste à toutes mes questions. Alors je suis partie avec lui. Avec quelques scrupules, qui se sont vites envolés quand il m’a semblé apercevoir Ander faire la sieste dans son tuk-tuk devant le temple d’Angkor Wat.

Pour cette (longue) journée, je suis retournée à Angkor Wat. Et grand bien m’a pris car j’ai pu accéder au sanctuaire, le saint des saints !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Angkor Thom. Le troisième site le plus célèbre d’Angkor après Wat et Ta Phrom. Au contraire des autres lieux, Angkor Thom désigne une ville dont il reste deux temples, deux estrades et les ruines d’un palais royal.

  • Le Bayon.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

  • La Baphuon

Ce diaporama nécessite JavaScript.

  • Les terrasses et le palais royal.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Trois petits temples… Le petit circuit compte de nombreux petits temples. J’ai pris le temps d’en visiter trois : Chau Say Tevoda, Thommanon et Ta Keo. Leur visite est d’autant plus agréable qu’ils sont très beaux et peu fréquenté ! Un bonheur.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

… et puis s’en vont au Mébon oriental.

Le Mébon Oriental est en réalité un temple du grand circuit, mais ayant vu Ta Phrom la veille, j’avais négocié pour voir le Mébon dans le cadre du petit circuit. J’ai bien fait d’insister. Ce temple est tout simplement magique. Surtout aux alentours de 16h30/17heures, quand le soleil commence à se coucher !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Angkor, petit circuit deviendra grand

Arrivée à Siem Reap depuis trois jours, il était temps de partir à la découverte des temples d’Angkor. Plutôt que de chercher la complication, j’ai essayé de passer par l’intermédiaire de mon auberge de jeunesse. Ils vendent des places dans des tuk-tuk à des prix vraiment intéressants quand on voyage seul.

Il faut quand même que je vous explique : prendre un tuk-tuk, quand on est seul, c’est relativement cher. Par exemple, le prix moyen pour visiter les temples quand on y va sur plusieurs jours, c’est 20 dollars par jour. Qu’on soit quatre ou un… Et mon auberge propose de nous trouver une place dans un tuk tuk qui fait le petit tour, moyennant 6 dollars.

Ah oui, seconde précision. Le site d’Angkor est tellement gigantesque qu’il est impossible de tout voir en une journée (ni même en une semaine…). Deux circuits (le petit et le grand) ont été mis en place par les autorités qui gèrent le site. Ils regroupent à eux deux les principaux temples du site. Angkor ne se résume pas à ces deux itinéraires. Des dizaines d’autres temples sont plus éloignés du site principal et seuls ceux qui sont passionnés ou qui ont le temps (c’est mon cas) s’y rendent.

Pour résumer, j’avais payé 6 dollars pour faire le petit circuit avec un départ tôt le matin pour le lever de soleil. Sauf qu’on était 9 à avoir eu la même idée. 9 pour 8 places dans deux tuk-tuk. Je vous le donne dans le mille, je suis restée sur le carreau.

Les gens de l’auberge m’ont affirmé qu’un troisième tuk-tuk arrivait tout de suite. Et ils sont repartis se coucher. Bah oui, on est au Cambodge et il était 5h10 du matin. Un tuk-tuk a effectivement fini par pointer le bout de son nez… au bout de 15 minutes voire peut-être plus. Mais ce n’est pas le plus important, j’étais enfin en route.

Sauf que… Arrivée à Angkor, devant le mythique temple Angkor Wat, j’ai compris que les trois autres personnes (deux Autrichiennes et un Allemand) faisaient le grand tour. Le chauffeur m’a alors expliqué qu’il allait me transférer sur un autre tuk-tuk pour le petit tour. Promesse qu’il n’a pas réussi à tenir. Tous les tuk-tuk à Angkor wat affichait complet. Ou, ceux qui ne l’étaient pas, refusaient une telle course pour 6 dollars (on ne me l’a pas dit, mais je l’ai bien compris…)

Le chauffeur n’a pas eu d’autre choix que de m’embarquer avec ses trois passagers pour le grand tour. Lorsqu’il m’a demandé si je pouvais lui donner deux dollars de plus que les 6 que j’avais déjà payés, j’ai craqué. Ce n’est pas très loyal les larmes, surtout quand on est une femme, surtout dans un pays comme le Cambodge où les habitants sont quand même très gentils dans le fond…

Bref, il s’est ravisé et j’ai pu faire le tour sans payer de supplément. En contrepartie, je garde ce même chauffeur, qui s’appelle Ander, ou quelque chose comme ça, pour faire le petit tour pour la modique somme de 15 dollars. Dans l’histoire, je suis quand même gagnante.  Je vais voir plus de temples, pouvoir prendre mon temps sur les sites et avoir le tuk tuk pour moi seule. Tout en économisant 2 dollars au final…

Qui sait, si tout se passe bien sur le petit circuit, je ferai peut-être appel à Ander pour aller jusqu’au temple de Banteay Srei. Un temple éloigné que j’aimerais bien visiter mercredi matin… Affaire à suivre !

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑